Choisir une forme juridique : comment procéder ?


Non classé /

La question la plus importante à laquelle vous devrez répondre lorsque vous décidez de créer votre entreprise est celle de la forme juridique de celle-ci. Ce choix sera votre premier pas vers le succès. Dans cet article, vous trouverez toutes les informations nécessaires pour vous aider à choisir la bonne forme juridique pour votre entreprise. 

Quelles sont les formes juridiques possibles ?

La "forme juridique" est la manière dont la structure d'une entreprise est organisée. Aucune forme juridique n’est meilleure qu’une autre. Vous devrez essentiellement vous baser autour du type de société que vous envisagez de construire pour faire ce choix. 

En effet, l'explication est assez simple. Le portail-des-pme vous en dira un peu plus sur le cas des PME/PMI. Il est possible de diviser les formes juridiques en quatre grands types, chacun ayant des caractéristiques spécifiques qui peuvent être adaptées à différents types d'entreprises. 

La première est l’entreprise individuelle. Dans le cas présent, l'entrepreneur est responsable de manière illimitée des obligations de l'entreprise. En seconde position figure la société de personnes. Dans celle-ci, les associés sont indéfiniment responsables des obligations de la société. 

Le troisième type est celui de la société de capitaux. Ici, les associés sont responsables des obligations de la société, mais uniquement pour la part qu'ils ont souscrite. Pour finir, les sociétés coopératives. Elles permettent de réduire le risque de devoir faire face à des situations inattendues. 

Les facteurs à évaluer avant de choisir une forme juridique 

Avant de vous lancer dans la procédure de création de votre entreprise, assurez-vous d’avoir le capital minimum pour démarrer votre activité. Pour choisir votre forme juridique, choisissez d’abord si vous voulez démarrer seul ou avec plusieurs partenaires. 

Se faire accompagner peut s’avérer risqué lorsqu’on se lance dans une affaire, mais c’est un risque à prendre et à examiner avec minutie. Cela nous ramène au troisième point qui est celui de la responsabilité. Il s’agit aussi bien de la vôtre que de celle de vos actionnaires. 

Certaines formes juridiques prévoient une limitation de la responsabilité pour les obligations de la société. Cela signifie que les actifs de la société restent séparés des actifs personnels des actionnaires. 

En plus, en cas de faillite, les créanciers ne peuvent réclamer que les actifs de la société. Pour finir, penser aux éventuelles perspectives de développement de l’entreprise.